Photos de la manifestation du 22 septembre

Lundi commence la Reading Week qui correspond dans les faits à une semaine de vacance. Je vais donc avoir le temps de combler mon retard dans l’écriture de ce blog (et accessoirement dans les readings). Je commence donc par poster les photos de la manifestation à laquelle j’ai participé à Manchester le 22 septembre, c’est à dire avant même le début de mes cours. A l’appel des syndicats et des différents partis de gauche radicale 50 000 personnes ont manifesté pour finir par se rassembler devant le congrès du Parti Conservateur pour protester contre les politiques d’austérité et plus précieusement contre les coupes budgétaires dans le système de santé anglais, le National Health Service (NHS). Si la manifestation fut une très bonne expérience, malgré l’arrestation de plusieurs de nos camarades, les cinq heures et demi de bus à l’aller et au retour furent pour le moins éprouvantes et cela d’autant plus que le bus affrété par la KCLSU partait à 6 heures.

Certaines bannières syndicales sont particulièrement belles

P1020211
P1020215
P1020209
P1020208
P1020207
P1020206
P1020201
P1020200
P1020199
P1020196
P1020178
P1020179
P1020180
P1020181
P1020170
P1020171
P1020172
P1020173
P1020174
P1020175
P1020176

P1020166
P1020153
P1020154
P1020157
P1020213
P1020212
P1020216
P1020198

Voir le Parti Socialiste appeler à la grève générale m’a beaucoup amusé

P1020204

Le Socialist Worker Party était le parti le plus visible de la manifestation

P1020159
P1020168
P1020177
P1020191
P1020156

Unite against Fascism était là aussi

P1020182

Un unique drapeau du Pari Communiste Britannique flottait solitaire

P1020162
P1020165

De même que deux drapeaux anarchistes solitaires

P1020187
P1020185

Il y avait aussi des musiciens, certains professionnels

P1020217

Et d’autres moins

P1020192

Et enfin des opposants à la chasse et des défenseurs des animaux (et notamment des blaireaux) étaient aussi venus

P1020189
P1020188
P1020190
P1020183

Le militantisme à Londres : les associations politiques

Tout comme à Sciences Po, on trouve à King’s de nombreuses associations politiques, qu’il s’agisse d’organisations humanitaires (Amnesty International, Friends of Medecins Sans Frontieres…), de clubs de débat (Politics Society, Think Thank, Forum…) ou d’associations thématiques (Palestine Action ou Israeli Palestine Forum pour le conflit en Palestine, KCL Life Society pour les pro-vies…). La Freshers’ Fair a donc été l’occasion pour moi de rencontrer la plupart des associations et d’en rejoindre certaines.

419604_508289732572255_528918113_nThe People’s Assembly Against Austerity

The People’s Assembly Against Austerity est une initiative lancée par différents syndicats, associations ou partis politiques (Green Party, Communist Party, Socialist Resistance, Counterfire…) afin de lutter de façon unitaire contre l’austérité. Leur section à King’s est majoritairement composée de membre du SWP (Socialist Workers Party) auxquels s’ajoutent des non-encartés. Il s’agit surement de l’association la plus active pour l’instant. En effet, outre plusieurs tractages et réunions j’ai pu participer à deux activités importantes de cette association. Ainsi le dimanche 29 septembre, soit deux semaines exactement après mon arrivée au cœur de la perfide Albion et avant même le début de mes cours, je suis allé avec mes camarades de la People’s Assembly à une manifestation à Manchester, contre les politiques d’austérité et plus précisément contre les coupes dans le National Health Service (NHS), qui s’est conclue devant le bâtiment où se tenait un meeting du Conservative Party. Au programme : levé à 4h du matin pour prendre le bus loué par la KCL Student Union (le syndicat étudiant de KCL) à 6h puis 5h30 de trajet pour enfin arrivé à Manchester puis encore 5h30 de bus le soir pour revenir après la manifestation.  Ce fut néanmoins une très bonne expérience qui me permit de me rendre compte qu’il existait un vrai mouvement social au Royaume-Uni (nous fumes 50 000 ce jour là). Les photos de cette manifestation feront l’objet d’un prochain billet.

858524_10201947258459785_74500227_oL’autre principale activité de la People’s Assembly Against Austerity depuis le début de l’année fut la présentation d’une liste intitulée King’s Left lors des élections étudiantes. La démocratie étudiante anglaise est très différente de la française. En effet il n’existe ici qu’une seule grande student union (syndicat étudiant) au niveau national, la National Student Union, qui possède une branche dans chaque université. Son rôle est bien plus étendu que celui des syndicats étudiants français, la KCL Student Union étant en charge non seulement de la défense et de la représentation des étudiants mais jouant en plus le rôle de BDE, BDA et AS, toutes les societies de King’s dépendant d’elle. Complètement dépolitisée, elle est beaucoup plus proche d’une corporation  comme le FAGE que d’un syndicat comme l’UNEF, bien qu’il lui arrive de s’engager politiquement (ainsi c’est la KCLSU qui a organisé le transport pour Manchester). Les élections étudiantes sont donc des élections dans l’ensemble dépolitisée lors desquels on vote pour des individus et non pas pour des listes. Dans ces conditions la « liste » officieuse King’s Left faisait office d’unique exception, les candidats liés à la Peoples’s Assembly (principalement des membres du SWP) ayant fait le choix de mener une campagne commune et politisée dans le but de faire un peu pencher la KCLSU à gauche. Finalement la majeure partie des candidats de King’s Left furent élus.

yktz9xg6bxccctzta2se
London Student Feminist Network

Le London Student Feminist Network constitue la principale organisation étudiante féministe londonienne. Sa branche à King’s, la KCL Intersectional Feminist Society est, elle-aussi, principalement composée de militants du SWP et de non-encartés. La Society a tout d’abord organisé un pique-nique pour accueillir les nouveaux étudiants. Je suis ensuite aller à un une soirée poésie féministe. Même si mes connaissances en anglais ne m’ont pas permis de tout comprendre ce fut vraiment très intéressant, même si lorsque je suis arrivé dans la salle j’ai d’abord eu peur, vu les personnes présentes que la réunion soit en fait non mixte. Plusieurs camarades se sont succédé et nous ont lu (ou slammé pour l’une d’entre eux) des poèmes ou des chansons plus en moins en rapport avec la lutte pour l’émancipation des femmes. Outre des poèmes concernant la lutte féministe, nous avons par exemple eu le droit à un poème sur les crimes commis par les japonais à l’encontre des femmes pendant la Seconde Guerre Mondiale. Nous avons aussi eu le droit à deux témoignages, l’un concernant un viol, même si je n’ai pas bien compris s’il s’agissait d’une expérience personnelle de l’auteure, et un autre écrit par un transgenre qui racontait son difficile parcours jusqu’à son changement d’identité, changement accepté par King’s qui s’avère très ouvert concernant ce genre de cas en acceptant le nom et le sexe choisi par l’étudiant et cela malgré l’absence d’opération.

Unite_logo
Unite Against Fascism

Unite Against Fascism est une organisation antifasciste et antiraciste dont la principale activité semble être la dénonciation des agissement du British National Party et de l’English Defense League, deux organisations nationalistes radicales, et l’organisation de contre-manifestations lors des actions de ces deux organisations. Leur branche à King’s, là encore dominée par le SWP, n’a pour le moment eu aucune activité si ce n’est la tenue d’une réunion et une campagne d’affichage.

P1020074

Defend the Right to Protest

Defend the Right to Protest est une initiative visant à dénoncer les violences policières et la répression du mouvement social. Leur branche à King’s, animée par le SWP, organise une série de conférences ce dimanche 27 octobre.

Voilà pour ce qui est de mon engagement associatif à King’s. Comme vous l’aurez remarqué, ces organisations sont toutes principalement animées par des militants du SWP qui lui n’est pas très actif, à KCL en tout cas. Néanmoins l’activité de ces organisations restent pour le moment assez limitée sur King’s.

Le militantisme à Londres : les partis politiques

La Freshers’ Fair a aussi été l’occasion pour moi d’entrer en contact avec les différents mouvements de gauche présents à King’s. En effet, même si KCL (King’s College London) est une université historiquement marquée à droite, les militants de gauche radicale y sont aussi très actifs. Au terme de ce premier mois passé à Londres, j’ai pris contact après plusieurs partis politiques.

 

75060_471523449572093_2027307888_n
Socialist Appeal

Socialist Appeal (SA) est une organisation communiste trotskiste (noooooooooon, pas les trotskistes) constituée en fraction au sein du Parti Travailliste. Au niveau international ils sont affiliés à la Tendance Marxiste Internationale dont la branche française, La Riposte, constitue la fraction trotskiste du Parti Communiste Français. Ils ont fondé une organisation étudiante, la Marxist Student Federation (MSF), ouverte à tous même si majoritairement composée de membre de SA. Son objectif est de diffuser les idées marxistes et léninistes dans le milieu étudiant.

P1020251Deux exemplaires de Socialist Appeal, organe central de l’organisation éponyme

J’ai donc rejoins leur section à King’s, la KCL Marxist Society. Pour le moment je me suis rendu à plusieurs de leurs évènements : une présentation dans un bar, une conférence d’introduction au marxisme, une soirée de la MSF de Londres à UCL et un débat, lui aussi à UCL entre Alan Woods, l’un des principaux dirigeants de SA et Orlando Figes, historien anticommuniste (sorte de Stéphane Courtois, maudit soit son nom, anglais) sur le thème de la Révolution d’Octobre. Ce débat fut très animé, voir tendu, Orlando Figes n’hésitant pas à insulter directement Alan Woods et les membres de la Marxist Society. La tension a culminé au moment des questions du public, quand plusieurs étudiants venus des anciennes pays socialistes de l’Est ont fait part des tragédies vécues par leurs familles, l’un d’entre eux, un arménien, n’hésitant pas à accuser les membres de la Marxist Society de soutenir le meurtre de plusieurs membres de sa famille par les staliniens. Un camarade ukrainien a alors pris la parole pour défendre le socialisme et renvoyer ces témoignages à des “randoms anecdotes” provoquant la colère d’Orlando Figes qui n’a pas hésité à le prendre directement à partie. Après le débat il s’en fallut de peu pour que le camarade ukrainien n’en vienne au main avec l’arménien. Mais, malgré tout, ce débat fut fort intéressant (un compte rendu est disponible ici).

20131011-crowd
Une photo du public lors de ce débat
(on peut me voir plaisanter avec le camarade ukrainien au second rang)

Chacun de ces évènements se terminant invariablement dans un bar, cela me permit de commencer à m’intégrer et à faire connaissance avec les membres de cette organisation.

SWP
Socialist Workers Party

Le Socialist Woker Party (SWP) est le principal parti politique trotskiste anglais (nooooooooooooooooo, encore des trotskistes). Au niveau international, il est notamment membre de la Gauche Anticapitaliste Européenne, dont la branche française n’est autre que le Nouveau Parti Anticapitaliste. Ils disposent, eux aussi, d’une branche étudiante, la Socialist Workers Student Society (SWSS), ouverte, là aussi, aux non-adhérents comme moi. Contrairement à la MSF qui se focalise plus sur la théorie, la SWSS se focalise sur la pratique et est très active dans les luttes de toutes sortes (contre l’austérité, pour les droits des LGBT, pour la défense des femmes voilées…).

P1020252Socialist Worker, organe central du Socialist Workers Party

J’ai donc rejoins leur section à King’s, la KCL Socialist Workers Student Society. Néanmoins, mon activité à leurs côtés, s’est déroulée dans le domaine associatif, sujet que j’aborderai dans le billet suivant.

wf
Workers’ Fight

Workers’ Fight est un petit parti politique trotskiste (j’en ai marre)  issu d’une scission du SWP. Au niveau international ils sont affiliés à l’Union Communiste Internationaliste dont la branche française n’est autre que Lutte Ouvrière.

P1020253
Workers’ Fight, organe central de l’organisation éponyme

Cette organisation ne dispose pas de branche à King’s. Mais le hasard (ou le fantôme vengeur de Trotski je ne sais pas) a voulu qu’un groupe de militants vende leur journal juste à la sortie de la Freshers’ Fair et que je tombe justement sur un français membre de Lutte Ouvrière. Après plus d’une heure de conversation forte intéressante, j’ai finalement décidé de me rendre occasionnellement à leur cercle de discussion marxiste.

PG-531cb257bfc6f562710ee88f9af25181
Parti de Gauche

Il est inutile que je présente le Parti de Gauche (PG), parti qui a au moins l’avantage de ne pas être trotskiste (quoique fondé par un ancien trotskiste et comme on dit “Trotskiste un jour, trotskiste toujours”). J’ai pris contact avec la branche londonienne du PG, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de rencontrer ses membres.

Les autres

J’ai rencontré d’autres partis à King’s. La Freshers’ Fair fut ainsi l’occasion de rencontrer les branches locales du Labour Party, du Conservative Party et des Liberal Democrats. A la sortie de King’s j’ai eu aussi l’occasion de rencontrer un très étrange groupuscule, la Spartacist League of Britain, groupuscule trotskiste assez étrange, notamment dans son soutien à des pays comme la Corée du Nord ou la Chine, et affilié à la Ligue Communiste Internationale dont la branche française est la Ligue Trotskiste de France.

P1020254
Workers’ Vanguard, organe central de la Spartacist League of Britain et Le Bolchevik, organe central de la Ligue Trotskiste de France

J’ai eu aussi l’occasion d’acheter dans un kiosque du métro londonien, le Morning Star, quotidien anglais relativement important lié au Parti Communiste Britannique, principal parti marxiste-léniniste anglais que je n’ai, pour le moment, pas eu l’occasion de rencontrer, si ce n’est de loin en manif.

P1020075

Voilà pour ce qui est de mon début d’engagement dans la vie politique londonienne. Pour quelqu’un qui, comme moi, se revendique plutôt du marxisme-léninisme, fréquenter autant de trotskistes est une expérience étrange mais qui permet de se faire une meilleure image du trotskisme qu’on associe trop souvent aux dérives gauchistes. De plus cela m’a permis de relativiser les différences entre nos deux familles politiques, même si mon patriotisme républicain français étonne beaucoup mes nouveaux camarades. J’ai aussi pu voir l’état de faiblesse important du mouvement socialiste anglais qui ne parvient pas à créer une vraie alternative au Labour, à cause du système anglais (bipartisme), de l’histoire politique du pays (absence d’un Parti Communiste fort et hégémonie historique du Labour, à l’exception de petites organisations trotskistes), du lien entre le Labour et les Trade Unions (syndicats) qui lui assure le soutien des travailleurs et des divisions au sein de la gauche radicale. Je me suis aussi engagé dans plusieurs associations politiques, mais ça ce sera pour le prochain article.

La Vie associative à King’s

998078_1377393399158521_1601967470_n

Les 12 et 13 septembre se déroulait un évènement que j’attendais impatiemment depuis mon arrivée à King’s : la Freshers’ Fair, le carnaval des associations pendant lequel la majorité des quelques centaines d’associations de King’s tient un stand et tente d’appâter le curieux avec des tracts et surtout moult nourritures gratuites.

On trouve à King’s encore plus d’associations qu’à Sciences Po. Tout y passe à commencer par les nombreuses associations religieuses. Ainsi aux côtés des mouvements religieux relativement classiques (catholiques, anglicans, juifs, sunnites, chiites…), on peut croiser au détour d’une allée la branche à King’s de Hare Krishna (l’Association Internationale pour la Conscience de Krishna), une branche de l’hindouisme basé sur la méditation et l’adoration du dieu Krishna, ou encore les Ahmadîs, une branche de l’Islam forte de 10 millions de membres et se basant sur les enseignements de celui qu’elle considère comme le messie, à la foie avatar de Khrishna et réincarnation de Jésus, Mirza Ghulam Ahmad né en 1835. S’ils prônent une vision pacifique (rejet du djihad) et relativement tolérante de l’Islam (volonté d’unification de toutes les religions, condamnation de l’homophobie et du voile forcé, acceptation partielle de l’avortement…), leurs relations avec les autres branches de l’Islam sont très tendues, ces dernières les considérant comme des blasphémateurs et certains imams intégristes sunnites n’hésitant pas à affirmer à leurs fidèle que quiconque tue un Ahmadîs est assuré du paradis, ce qui entraîne des tensions avec la très conservatrice Islamic Society de King’s, dont le stand était entre autre tenu par plusieurs étudiantes portant le niqab. Les chrétiens étaient, quant à eux, surreprésentés avec notamment la très active Christian Union (anglicane), la Catholic Society (catholique), la Overseas Christian Fellowship (plus tournée vers les étrangers), la Life Society (pro-vie) et la Agape Student Life (association chrétienne organisant toutes sortes d’activités comme des piques-niques ou des dégustations de glaces pour montrer que Jésus, en fait, il est cool).

Bien évidemment les associations religieuses ne sont pas les seules présentes à King’s. On trouve aussi de nombreuses sportives, des associations culturelles (chaque ethnie ou culture semble avoir son association), d’autres consacrées au domaine universitaire (histoire, droit, médecine asiatique…) mais surtout tout un tas d’associations sur des sujets aussi divers que varié allant d’Amnesty International à  la chorale en passant par l’association de magie, dont les membres faisaient des tours de magie vraiment très impressionnants sur leur stand.

Si la Freshers’ Fair est le moment où l’on peut découvrir les associations de King’s, c’est aussi l’occasion de recevoir tout un tas de goodies à l’effigie de King’s (stylos, crayons, mugs, sacoches, surligneurs et même une boussole) et de nourritures gratuites. A ce jeu de clientélisme, deux associations se sont particulièrement démarquées. Une association humanitaire qui donnait du riz à ceux qui s’inscrivaient sur leur mailing-list et surtout la Labour Society, section locale du Parti Travailliste, qui possédaient de fort sympathique donuts et beignets fourrés à la fraise. Hélas il fallait là encore s’inscrire à leur Mailing List pour en avoir un. Résultat : Le Parti National-bolchévique Sciences Po est maintenant officiellement sur la Mailing-List du Parti Travailliste à King’s et moi j’ai eu deux beignets (un chaque jour). Je suis assez fier d’avoir fait avancer la coopération et la solidarité internationale Labor-Nazbols.

Finalement, outre les mouvements politiques, j’ai rejoint deux associations. La GeekSOC tout d’abord qui regroupe les fans de sciences-fictions, heroic fantasy, comics, jeux de rôle, jeux de société ou jeux vidéos et qui organise de nombreux évènements (cessions de jeux de rôle ou de société, projections de film, visite du “Londres geek”…)  et notamment un geek-quizz dans un pub auquel je me suis rendu ce mercredi et qui constitua un moment très agréable même si mon équipe n’a fini que cinquième sur dix. La Manga & Anime society ensuite, qui comme son nom l’indique, s’adresse aux fans de mangas et d’animes et qui organise notamment une projection d’animes tous les lundis. Ce lundi ils ont projeté cinq animes (Cromartie High School, She and her Cat, Ichigeki Sacchu!! HoiHoi-san, Genius Party – Shanghai Dragon et Death Billiards) très peu connus et chacun d’un genre totalement différent pour nous montrer la diversité qui existe dans ce style si souvent caricaturé. C’était vraiment très intéressant et très sympa.

La Freshers’ Fair a aussi été l’occasion pour moi de rejoindre la gauche radicale anglaise mais ça, ce sera pour le prochaine billet.

Rentrée à King’s

Groumphi à tous !

Depuis mercredi 18 septembre c’est la rentrée au King’s College London pour les étudiants en Erasmus. Au programme, tout d’abord une série de présentations orales :
-l’Induction, sorte de rentrée solennelle pendant laquelle différents orateurs se sont succédé pour nous souhaiter la bienvenue à King’s et cela pendant deux heures qui parurent interminables.
-les Study Skills, ensuite, pendant lesquels on nous expliqua pendant une heure l’utilité des citations et des références dans une dissertation, précisions sûrement extrêmement utiles pour des étudiants  en licence ou en bachelor.
Your Guide to Linving in London relativement intéressant.
-les Welcome programme, enfin, semblables à Induction mais propres à chaque département.

Vint ensuite la campus registration (l’inscription administrative) qui fit enfin officiellement de moi un étudiant au King’s College London et cela malgré quelques cafouillages informatiques et l’imprécision des documents à remplir. Au terme de cette rentrée je me vis remettre ma carte d’étudiant et divers goodies forts sympathiques pour marquer mon appartenance au KCL (sacoches, post-it, étui d’oyster card…).

P1020152Mes cours ne commençant que le 30 septembre j’eus donc le loisir d’explorer le Strand Campus de KCL dans lequel sont affectés les étudiants en sciences sociales. Et je dois bien avouer que je fus vraiment impressionné.  Outre le charme des bâtiments qui sont, pour la plupart, assez anciens, et la difficulté de se repérer dans le véritable labyrinthe que forment ses différents bâtiments et couloirs, ce qui m’a frappé le plus c’est tout ce que l’on trouve à l’intérieur même du Campus. Outre une chapelle qui ferait pâlir d’envie le CSG et que l’on peut admirer ici et un distributeur de billets bien utile, le Strand Campus renferment une cafétéria, un restaurant universitaire et même un bar dans lequel on peut consommer non seulement divers alcool (et surtout de la bière) mais aussi des petits-déjeuners forts agréables. Plusieurs terrasses donnant sur la Tamise m’ont aussi permis de profiter du soleil londonien. Car oui, s’il a plu la première semaine, cette semaine-ci s’annonce sous le signe du soleil, la chaleur m’obligeant souvent à me premener en T-Shirt, chose que je pensais impossible au cœur de la Perfide Albion.

Ces deux semaines de rentrée furent aussi marquées par mon emménagement définitif dans un appartement à Marylebone. En effet de mon arrivée le 15 septembre jusqu’au 25 je vécus dans un appartement  en collocation à Upton Park où je partageais une chambre, munie de deux lits doubles, avec deux filles de Sciences Po (une allemande et une française ) qui allaient devenir mes futurs collocs à  Marylebone. Si dans l’ensemble cette collocation fut plutôt sympa, malgré le retour précipité d’une de mes collocs en France pour cause de maladie (elle ne revient qu’aujourd’hui en Angleterre), je suis vraiment ravi de pouvoir enfin avoir ma propre chambre. L’appartement est plutôt bien, mes quatre collocs ont l’air très gentilles (les deux filles de Sciences Po auxquelles s’ajoutent une belges étudiant la pharmacologie et une autrichienne étudiant dans une business school) et le quartier est très sympa, à la fois calme, assez central (une demi-heure de King’s en métro), munis de nombreux magasins et restaurants aux prix abordables et proche de deux très beaux parks (et de Baker Street, là où se trouve la maison du célèbre détective Sherlock Holmes.

Si je dois bien avouer que j’ai passé toute cette rentrée aux côtés de compatriotes venus de Sciences Po, la Freshers’ Fair (le carnaval des assocs.) fut l’occasion, pour moi, de faire la rencontre de nombreux anglais et de faire mes premiers pas dans les milieux de gauche de King’s College mais ça, ce sera pour le prochain billet…

Maughan Library (Partie 3)

Groumphi à tous !

Pour finir ma présentation de la Maughan Library, les photos du jardin de la cour intérieure :

P1020058Vision d’ensemble du jardin

P1020059

P1020060

P1020062
L’une des trois parties du jardin

P1020029

P1020032
La partie centrale du jardin avec une statue de Confucius

Je n’ai pas pris de photos de l’intérieur de la bibliothèque. Celle-ci est immense (beaucoup plus grande que celle de Sciences Po) et possède une magnifique salle de lecture recouverte d’un dôme qui apparait dans le Da Vinci Code et qui, selon certaines rumeurs, aurait servi pour filmer le bureau de Dumbledore dans Harry Potter (vous pouvez l’admirer si vous le voulez sur ce lien).

Maughan Library (Partie 2)

Groumphi à tous !

Je continue ma présentation de la Maughan Library avec les photos de la cour intérieur et de la bibliothèque proprement dite :

P1020064

P1020042
P1020067L’entrée de la cour intérieure

P1020037

P1020063

P1020054
Les façades de la cour intérieure

P1020034

P1020065
La tour surplombant l’entrée de la bibliothèque (et son horloge)

P1020066

P1020039

P1020040
L’entrée de la bibliothèque

Pour les photos du jardin de la cour intérieure il faudra attendre le prochain article.